Calculs biliaires… à… Cancer

Calculs biliaires : 10% d’entre nous hébergent des calculs vésiculaires, sans le savoir dans la majorité des cas. A moins qu’ils soient responsables d’un mal-être général accompagné de nausées très invalidantes. Jusqu’au jour où un calcul plus volumineux que les autres provoque une colique hépatite très douloureuse. La femme, en surpoids ou avec un fort taux de cholestérol est la cible privilégiée de ces concrétions. Le but de l’alimentation est de fluidifier les sécrétions vésiculaires afin d’éviter une récidive. Elle est très rapidement efficace et permet un mieux être général.

Causes éventuelles : sentiment d’invasion de son territoire, inquiétude face à une situation, colère ou rancune face à un sentiment d’injustice.Jalousie, peur, cristallisation des pensées envers soi même.

Calculs rénaux : (calciques, oxaliques, urique)

les calculs « cailloux » se forment dans votre système urinaire. C’est lorsqu’ils « se coincent » quelque part qu’ils déclenchent une crise. Votre corps est en insuffisance acide.

Causes éventuelles : pensées de rancune, de colère, de haine envers soi même suite à une situation où on s’est fait berner intellectuellement ou financièrement.

Canal carpien : Cette douleur très vive du poignet, souvent accompagnée de fourmillement dans les doigts, est déclenchée par une inflammation du canal carpien. Ce canal emprunté par des nerfs et des ligaments de la main, se plaint généralement suite à de petits mouvements répétés (ordinateur, couture, …) Toutes les inflammations peuvent être aggravées par du « mauvais gras » ou au contraire prévenues, voir apaisées par du bon. De plus, certaines épices renferment des substances inflammatoires dont vous auriez grand fort de vous passer.

Causes éventuelles : sentiment d’impuissance, de donner, de recevoir, ou d’aider. Volonté de se détacher, de ne plus s’impliquer.

Cancer : L’environnement-Tabac, alcool, alimentation, pollution, rayons solaires, la majorité des facteurs favorisent le développement d’un cancer se trouve dans nos mains.L es cancers les plus fréquents sont ceux du sein, colon, prostate et poumon. Il se trouve que ce sont les plus influençables par l’alimentation, autrement dit, en mangeant mieux on pourrait les faire reculer ! C’est une certitude aujourd’hui : si on ne fournit pas de terrain propice au cancer, il ne se développera pas. De bonnes habitudes alimentaires diminuent de 30 à 40 % le risque.

Par ailleurs, en cas de cancer déclaré ou en cas de traitement, il est fortement recommandé de manger « anti cancer ».

Causes éventuelles : Emotions non évacuées, se soucie trop pour les autres